Quand la musique coule avec le bateau de Morano

Publié le par M.T

Bon, je n’ai plus la haine mais cette fois, je suis FURIEUSE ! Pourquoi me direz-vous cette ire céleste, cette crispation de mon joli minois qui, sans enlaidir ouvertement ma face, sans dénaturer ma beauté de vestale me donne un air de walkyrie échevelée, crispée sur sa monture (oui ! si j’ai décidé que les walkyries montent à cheval, elles le font ! ) pour apparaître ainsi devant vous, agacée, boudeuse, ma douce personnalité corrompue d’une amère querelle disgracieuse ? Pourquoi donc tant de bruits me direz-vous donc ? (Si, vous me le dites !)

 

Et bien parce qu’hier, jeudi 21 juin, c’était la Journée Internationale de la Lenteur et que je n’en savais rien ! Vous étiez au courant vous qu’on pouvait enfin, en toute bonne conscience, prendre son temps, surtout ne pas courir, et détricoter les minutes en autant d’heures ? Ben voilà, pas plus, et alors que nous aurions pu profiter ensemble et en paix d’une journée paresseuse, délicieusement alanguie, parsemée d’un soupçon d’apathie à peine coupable, dans l’ignorance que nous étions de ce grand jour, nous avons continué de nous démener tel un banc de merlans captif des mailles d’un chalut de haut fond.

 

Oui, je sais, ça agace… surtout qu’en lieu et place de toute cette douceur programmée, nous avons du subir, pour les plus vaillants, les cacophonies musicales et tonitruantes de musiciens autistes, chacun jouant sa propre partition, pendant qu’il fallait affronter, parallèlement, une météo rythmée à la cadence d’un métronome devenu fou ! Moi, suivant les conseils d’une alerte orange, je suis restée bien sagement à la maison pour me caler avec grande prudence devant ma télévision et recevoir alors en plein dans mes tympans atterrés, une énorme exclamation enfiévrée façon boite de nuit Byblos...  « Vous allez bien CaAAAARRRRCASSSSSOOOOONNNNNEEEEEEEeeeee !!!!!!! » ... d’un Naguy déchainé qui a du récemment baisser ses tarifs pour être à nouveau aussi malencontreusement omniprésent.

 

Vous l’aurez compris, ce fut une soirée délicate.

 

Mais il ne sera pas dit que je vous laisse sur cette impression abattue et rageuse. Car, réunissant toutes mes forces pour dépasser cet agacement bien légitime, j’ai découvert que dans ce monde parfois difficile, il y avait aussi de petits bonheurs qu’il ne fallait point bouder.

 

Et la bonne nouvelle de ce jour, et bien c’est Nadine Morano qui nous l’apporte. Mais oui…

 

Figurez-vous que malgré ou suite (cochez la case correspondante) à un échec électoral cuisant, Madame Morano, cœur sur la main, œil humide, sans repentance (on a sa fierté quand même) mais avec la grandeur exaltée de celui qu’on outrage, jure à chaque micro que l’on tend encore vers elle, croix d’bois, croix d’fer, que non, que nenni, elle n’est pas et n’a jamais été raciste !

 

Quel soulagement de l’apprendre... Non, c’est vrai ! On avait fini par le croire, mauvais bougres que nous sommes. Et pour ceux qui arboreraient encore un air dubitatif, les vilains, sachez qu’alors, la dame en a fait preuve. Oui parfaitement ! Sachez donc que Nadine Morano, de son propre aveu et pour preuve de son antiracisme, nous apprend qu’elle-même a des amis… arabes… mais oui !… et que même sa meilleure amie, et ben, elle est… noire ! Oui, noire, vous avez bien lu ! Mais pas seulement !... en effet, cette meilleure amie noire serait… plus noire que les arabes !!!!

 

Et la Morano d’en rajouter sur son honneur bafoué, en appelant au respect de sa famille, de ses enfants alors même qu’on préfèrerait la retenir de jurer sur leur tête, de peur qu’un grand malheur ne les pourfende ! Car oui, oyez, oyez braves gens, tout ceci n’est rien qu’une cabale dirigée contre elle si pure, si frêle, si délicate !... Un affreux et terrible mensonge distillé par de non moins odieux humoristes payés… par l’adversité ?... non, pire… par nos impôts !

 

Argghle… Nadine, tu vas nous manquer…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article