Lettre ouverte à Gérard Depardieu

Publié le par M.T

 

Monsieur l’acteur,

 

Vous vous plaignez actuellement d’une méchante cabale ourdie contre vous suite à la décision que vous avez prise de partir vivre en Belgique. Vous étonnant de tant de haine, vous ne comprenez pas comment ce peuple français, de toute évidence ingrat quant à l’énergie que vous avez su déployer dans votre belle et magnifique carrière, vous désigne du doigt aujourd’hui, vous vouant aux gémonies pour traîtrise et désertion.

 

Vous vous dites blessé d’être ainsi maltraité, incompris voire insulté par ceux qui encore hier vous encensaient. Aussi, vous drapant dans votre dignité bafouée, vous nous quittez et rendez théâtralement votre passeport français et votre carte de sécurité sociale (qui ne vous serait de toute façon plus d’aucune utilité sans plus de nationalité française).

 

Alors mettons les choses à plat, Monsieur l’acteur, et dans une sérénité retrouvée, voyons les choses telles qu’elles sont et trouvons, si vous le voulez bien, des solutions à vos graves problèmes.

 

Vous vous plaignez de payer trop d’impôt. Il est vrai que le montant de taxation qui est le vôtre est important, mais tout comme le sont vos revenus divers et variés. Vous jouez alors sur la corde sensible du « je suis artiste et vous osez m’accabler ».Mais, Monsieur l’acteur, si j’en crois votre actualité, vos revenus directs provenant de l’industrie cinématographique se trouvent loin derrière tous ceux que vous tirez de vos diverses activités commerciales (restaurants, propriété viticole, pétrole, poulets…). Ne sont-ce pas toutes ces activités annexes qui plombent votre taux d’imposition ? En gros, (et n’y voyez aucune insulte de ma part), ne gagneriez-vous pas trop d’argent ?! CQFD.

 

Maintenant, d’où tenez-vous votre réussite ? De la France, celle-là même sur laquelle vous crachez aujourd’hui, Monsieur l’acteur, et de son système unique de financement du cinéma qui permet à des auteurs et réalisateurs de tourner des longs métrages en recevant l’aide substantielle du Fonds de Soutien du CNC. Je ne vous apprends rien car vous-même avez, à maintes reprises, perçu cette aide en tant que producteur. Ne vous êtes-vous jamais demandé d’où venait cette manne substantielle ? Mais d’impôts, Monsieur l’acteur, d’impôts et autres taxes.

 

Plus personnellement, vous avez eu un quintuple pontages il y a quelques années. Vous avez également subi d’autres séjours en hôpital suites à des accidents de la circulation alors que vous rouliez, totalement ivre, sur votre scooter. Vous souvenez vous de qui vous a pris en charge alors, Monsieur l’acteur ? Des blouses blanches dévouées et payées par vos, nos impôts, toutes ces taxes qui permettent de contribuer à l’existence pérenne de services médicaux d’urgence.

 

Vous vendez aujourd’hui, dans votre rage, éructant face à tant d’ingratitude, un bien immobilier de 50 millions d’euros. Savez-vous, Monsieur l’acteur, ce que représentent 50 millions d’euros pour la plupart des gens ? Le jackpot du Loto, c’est-à-dire, la plus hypothétique mais néanmoins unique manière de gagner autant d’argent.

 

Comprenez bien que nous n’avons rien contre vous. Nous vous ignorons même superbement. Mais il est impensable qu’aujourd’hui, vous qui avez su profiter du système, le détourniez pour vous en exonérer. Parce que quitte à vivre dans une société qui pointe du doigt ses profiteurs, alors que ce soit vous, Monsieur l’acteur, qui en soyez le premier visé.

 

Vous qui avez bénéficié de nos services administratifs, juridiques et sociaux. N’avez-vous pas, dans votre jeune temps de petit acteur vécu l’insouciance d’un début de carrière, aidé en cela de vos indemnités d’assurance chômage ? N’avez-vous pas appliqué ces abattements spécifiques aux métiers du cinéma qui permettaient alors de déduire 20% supplémentaires sur vos impôts ? N’avez-vous pas perçu, au titre de vos activités professionnelles annexes, quelques subventions, aides et autres allègements ?

 

Et si vous pleurez aujourd’hui parce que l’Etat, en 40 ans de carrière, vous a ponctionné de 145 millions d’impôts, pourriez-vous alors nous donner le montant total de vos revenus pendant cette même période ? Pourriez-vous également nous donner la totalité des avantages en nature dont vous avez bénéficié tout au long de votre carrière ? Billets d’avion, hôtels de luxe, cadeaux divers…

 

Et quand bien même tout ceci serait trop lourd pour vous et grignoterait votre aisance, ne pouvez avoir la décence de vous placer au niveau de ceux qui vivent, voire survivent, avec, lorsqu’ils auront retiré de leur salaire mensuel leurs charges, une poignée d’euros ? Et je parle bien d’une poignée, trop souvent dans les 100, au mieux 200 euros.

 

Combien vous reste-il, à vous, toutes charges déduites ? Je suppose, et là je vais être méchante, et au vu de votre silhouette, largement de quoi vous nourrir.

 

Vous voulez nous quitter, Monsieur l’acteur ? Et bien allez-y puisque la Belgique vaut mieux que la France. Nous, nous resterons ici à payer nos impôts et soutenir le pays qui nous a vu naître, pour le meilleur et pour le pire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Je crois que l'acteur n'a pas apprécié le fait d'être traité de "minable" de la part du premier ministre. Ce en quoi je le rejoins. Ce propos n'est pas digne d'un premier ministre.<br /> <br /> Ce qui me parait suspect dans l'attitude de nos politiques et des médias, c'est l'acharnement sur cette personne.<br /> Ces prédécesseurs n'ont pas été insultés de la sorte. Les capitaines d'industrie et autres grandes fortunes, lorsqu'elles se sont exilées pour les mêmes motifs, ont été montrées du doigt mais<br /> seulement 24 ou 48 heures.<br /> <br /> Alors pourquoi un tel bruit pour M. Depardieu ? Parce-qu'il a osé répondre ? Peut être. Parce-que lorsque l'on a incarné Cyrano, et de quelle manière, on représente un peu la France ? Surement.<br /> Parce-que les français lui sont attachés malgré ses frasques ? Oui, je le pense.<br /> <br /> La France est le pays des libertés. Libre à chacun d'avoir ses opinions. Y compris celle de ne plus vouloir adhérer à son système fiscal.
Répondre
M
<br /> <br /> Le "minable" s'adressait à l'attitude de Depardieu qui fuit ses responsabilités et ses devoirs à un moment où la France en a le plus besoin. C'est un homme public qui renvoie à ceux qui n'auront<br /> pas cette "liberté" de fuir une bien piètre image de civisme. Je ne crois pas qu'il y ait de l'acharnement, Depardieu n'ayant besoin de personne pour faire du bruit autour de lui, mais plutôt une<br /> stygmatisation de ce type de comportements. Et la politique n'a rien à voir là dedans. Souvenez-vous, Depardieu a soutenu Mitterand, le Parti Communiste, les Verts et Sarkozy... Il doit avoir<br /> autant d'amis que d'ennemis dans chacun de ces partis !<br /> <br /> <br /> On ne peut pas figer quelqu'un dans la sanctification parce qu'un jour il a fait quelque chose de bien. Absoudriez-vous le tireur de Newton parce qu'un jour il aurait été bon pour l'autre ? Non,<br /> chacun doit se confronter à ses devoirs et en répondre. Il y a en France des dizaines d'acteurs tout aussi bons que ce monsieur et qui ont payé et continue de payer leurs impôts, sans doute en<br /> tirant un peu la tronche, je vous l'accorde !, mais en acceptant cette contribution, même lourde. Le système fiscal français n'est ni mieux ni pire qu'un autre. En revanche, allez voir ailleurs<br /> l'état des routes, des services publics, les systèmes de santé... comparez et vous verrez, l'addition qu'on nous présente est pour un plat que nous avons bien consonmé.<br /> <br /> <br /> Pour finir, vous nous renvoyez à la France, pays de libertés. Croyez-vous sincèrement que de refuser ses devoirs soit une preuve d'être libre ? Je ne crois pas ou alors, il faut que Depardieu<br /> aille jusqu'au bout de sa démarche et qu'il cesse tout commerce et entreprise en France et qu'il arrête sur le champs de tourner dans le nouvel opus d'Obélix, héro français s'il en est !<br /> <br /> <br /> Non, moi je ne lui trouve aucune excuse. Je trouve juste ça... minable ?...<br /> <br /> <br /> <br />