Du rôle mineur des majeurs

Publié le par M.T

Oui bon je sais ! Inutile de me le dire… Je me lance dans l’ouverture d’un nouveau blog et pan… trois articles plus tard, je déserte. Manque de volonté ? Paresse ? Mauvaise organisation ?... sans doute un peu… je suis parfois velléitaire, appelons un chat un chat. Mais je suis aussi excessivement têtue, ce qui me sauve et me fait malgré tout remettre l’ouvrage sur le métier. Donc je m’y recolle en cette magnifique matinée où le vent bouscule les nuages dans le ciel comme autant d’idées chaotiques dans ma tête. Soleil, brouillard, soleil, brouillard… c’est à peu près mon humeur du jour. En plus, j’ai terriblement mal à l’estomac ce qui n’est pas pour me décontracter du fait de ma psychose hypocondriaque. Sans doute un abus de Fervex et d’aspégic suite à une grippe qui s’accroche. Mais bon, là n’est pas le sujet.

 

Je disais donc qu’au lieu de me mettre chaque matin au défi d’écrire un essai politique ou social de 947 pages, je pourrais aussi prendre l’habitude de glisser des brèves, quelques lignes de commentaires quotidiennes (quotidiens ?) et de dynamiser ainsi une audience qui pour l’heure se résume à mon seul passage, outre deux autres visites hebdomadaires, celle d’un proche compatissant et la seconde d’un visiteur égaré ayant tapé en mot clé Byzance et se retrouvant devant abstinence… alors on y va…

 

News of the day

 

L’UMP veut un code pénal pour mineurs et des sanctions à 12 ans et veut désormais "rendre possible les travaux de réparation des actes commis dès 12 ans, avec l'autorisation des parents". Selon M. Coppé, "Aujourd'hui, vous avez des enfants de 12-13 ans qui, livrés à eux-mêmes, commettent des actes inacceptables. Donc, on voit bien qu'ils ont besoin d'être réencadrés".

 

Parfait… Je crois ne pas faire scandale en affirmant qu’une société qui envisage des moyens répressifs pour des gamins de douze ans considérés comme délinquants, va mal. D’un autre côté, ne nous voilons pas la face, ce type de comportement existe. Maintenant, la réponse est-elle la bonne ? Il est clair qu’un primo-délinquant de douze ans pose question et que le punir est une évidence. Mais la société a-t-elle sa place ici ? Non, parce que sinon, pourquoi s’embêter ? On pourrait aussi enfermer les enfants à leur naissance. Non, moi j’aimerai qu’on parle des PARENTS. Vous savez, ces adultes sensés encadrés ces futurs profiteurs de la société, pardon, ces prochains chômeurs, ha !, je voulais dire, la force vive de la Nation. Parce qu’un gamin qui, à douze ans, commet un forfait délictueux, est-ce vraiment dans la logique des choses ?

 

Attention, je ne vais pas jouer les «De mon temps, c’était mieux avant.. » mais force est de constater qu’à douze ans, la seule attitude interlope que je connaissais était lorsque Casimir se bâfrait de bloubiboulga… Je sais, je caricature. Mais je veux juste en revenir à un point d’équilibre essentiel que toute société digne de ce nom devrait avoir à cœur de tenir, c’est le rôle de la famille… Bon sang, j’ai l’impression de parler Morano ou Boutin…

 

Mais j’en veux comme exemple, comme pour tout combat de justice, qu’il vaut mieux prévenir que sévir. Et donc s’intéresser d’abord à la cause et non à la conséquence, c’est à dire aux parents plutôt qu’à l’enfant. Nos prisons sont pleines. La délinquance baisse-t-elle ? alors pourquoi focaliser sur la répression d’un acte perpétré, si rien n’est fait en amont pour l’éviter ? Et si la véritable solution était dans le soutien, l’éducation et l’accompagnement de ces familles qui ont démissionné de leurs devoirs, bref, et si le parent redevenait adulte et l’enfant, enfant ? le majeur et le mineur, comme une jolie fable dont la moralité serait : rien ne sert de punir, il faut éduquer à point.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Votre article a été posté en novembre et mon commentaire est le premier?<br /> Vous avez la réponse à votre interrogation! Les enfants, trop souvent on les fait et...vaille que vaille, ça pousse!<br /> C'est un sujet qui ne passionne pas...y'a la TV!<br /> Malgré les devoirs qui incombent aux parents, décrits très brièvement, il est vrai, dans l' Art 371-2 du Code civil, les parents sont de moins en moins présents pour leurs enfants. Pas forcément<br /> fautifs. Le travail de la mère est le plus souvent une obligation financière et quand on quitte un bon job de cadre sup (justifié par des études bien chiantes)pour s'occuper de ses fils, comme<br /> moi... socialement (et financièrement)on le paie très cher!<br /> On passe pour une conne planquée derrière le cul de ses mômes...<br /> <br /> J'ai écrit dans un édito (Les Indignés et l'Ovalie) tout l'écoeurement que me procurait l'idée prônée par le gouvernement (sûrement encore Claude Guéant) de marquer des gosses dès la maternelle<br /> (AR, AHR, RAS): aucune réaction non plus!<br /> Si j'avais parlé de Lady Gaga, sûr que j'aurais fait un meilleur score!<br /> Pour redevenir sérieuse, je suis toujours attristée par ces enfants qui n'ont aucun avenir dans une société qui ne sera pas tendre avec eux, laxiste avec leurs parents (qui votent), enfants qui ne<br /> bénéficieront même pas du fameux "ascenseur social" que représentait l'école, car sur ce sujet aussi, il y aurait beaucoup à dire!<br /> Totalement de votre avis.
Répondre
M
<br /> <br /> Mais encore une fois, il est tellement plus simple et commode de s'attaquer aux conséquences plutôt qu'à la cause. Je n'ai pas d'enfant moi même mais j'ai des neveux pour lesquels je ressens une<br /> vraie responsabilité, la première étant de les soutenir mais sans complaisance, de les protéger, les écouter mais sans prendre la place de leur propre libre arbitre. Juste leur faire savoir<br /> qu'ils en ont un !<br /> <br /> <br /> <br />