Dites-moi qu'ils n'ont pas fait ça...

Publié le par M.T

Peu importe ce que l’on pourra dire désormais sur le mouvement de « La Manif pour Tous » et autre « Jour de Colère ». Peu importe que l’on revienne désormais sur leurs slogans mensongers, opportunistes et vengeurs. Peu importe qu’on dénonce la propension de ces parents, qui se veulent les modèles d’une société irréprochable et vertueuse, à se servir, au sein de leurs manifestations, de leurs propres enfants, comme autant d’étendards dont on aura bourré le petit crâne malléable de haine et d’ostracisme. Peu importe de s’alarmer de retrouver, d’ici quelques années, ces enfants là devenus grands et nourris de la détestation de l’autre. Peu importe de dire aujourd’hui que ces gens là sont minoritaires et que même 500 000 dans la rue, des millions d’autres les observent avec dépit. Peu importe de croire qu’ils ont tort car ils ont gagné.

Et ils ont doublement gagné. Ils ont gagné dans leurs revendications. La loi sur la famille ne passera pas avant des lustres, si elle passe jamais, et la PMA et la GPA resteront des débats fantoches d’une société trop frileuse pour les engager. Ils ont aussi gagné dans leur volonté de se positionner comme la voix forte de la France, celle d’une société qui se lève pour se défendre contre l’impie, celle de la raison et de l’amour quand bien même leurs discours ne seraient que rejets et inepties.

Ils ont gagné car loin de les assagir, la décision du gouvernement vient de les renforcer, de leur donner raison de lutter, de leur donner toute l’ampleur de leur puissance. C’est Jeanne d’Arc délivrée du bûcher ! C’est la Terre Sainte reconquise ! C’est la souris qui accouche d’une montagne ! Peu importe…

Le gouvernement, dans sa grande naïveté (?), bêtise (?) a cru ainsi stopper leur avancée, les maîtriser, les renvoyer dans leur foyer et leurs paroisses, les faire taire mais il n’a réussi qu’à les légitimer et leur donner ce qu’il leur manquait : un poids politique essentiel. Dès demain, l’UMP, jusqu’ici circonspecte qui aura préféré envoyer seuls au front ces agités comme autant de chair à canons, accourra dans les bras de cette Marianne providentielle pour leur apporter le soutien officiel et la structure politique nécessaire pour ensemble se partager les lambeaux d’une République sabordée par une Gauche démente, suicidaire, minable.

Car si ces fous furieux ont gagné, c’est grâce à nous ! Nous, peuple de Gauche qui avons naïvement cru qu’un gouvernement socialiste serait le garant de nos libertés et avons gentiment laissé cette caravane passer sans la combattre, sans tenter de l’arrêter. Où étions-nous pendant ce temps ? Comment avons-nous pu ne pas nous inquiéter de ce qu’il se passait ? Sommes-nous si arrogant dans notre « bien-fondé pensée » que nous n’avons même pas consenti à descendre nous-mêmes dans la rue pour faire entendre notre propre voix ?

Je me souviens en décembre à la Marche des Républicains, nous étions 100 pour une ville de plus de 160 000 habitants… 100 ?!... 100 républicains sur 160 000 ?!... dans une ville, une région, où la majorité des élus sont de gauche, donc l’électorat ?

Alors je me demande ce qu’est la Gauche aujourd’hui ? Ce que nous représentons, ce que nous voulons, ce que nous espérons ? J’ai voté socialiste, j’ai voté Hollande. J’ai voté pour le progrès, pour une société d’ouverture, sociale, égalitaire, humaniste. Pour une société qui prendrait à bras le corps les problèmes du chômage, de l’industrie, de la croissance mais aussi, je l’espérais, qui ferait de moi, telle que je suis, femme active, investie et accessoirement lesbienne, une citoyenne à part entière, bénéficiant des mêmes droits que tout un chacun. Mais moi je n’ai pas gagné, non, j’ai même perdu.

J’ai perdu de vivre depuis des années, des décennies, dans une société qui m’acceptait plutôt bien, dans laquelle je n’avais aucun mal à évoluer en tenant la main d’une autre femme dans la rue. Aujourd’hui, en votant à gauche, j’ai participé à ce que cette société vire, se dégrade et qu’une nouvelle génération se lève pour mettre à mal la vie future de mes propres enfants, tous ces enfants qui seront différents et voudront, non pas le revendiquer, mais juste le vivre. J’ai perdu ma liberté en l’offrant, par convictions, à un gouvernement qui, dans l’espoir veule de calmer le jeu vient de se trancher la tête.

Ce matin, je suis amère, fatiguée, vide mais il me reste encore un peu de souffle pour réfléchir et chercher là où j’ai pu me tromper, là où je me suis fourvoyée, là où j’aurai mal ou pas assez agi. Je ne sais pas si je vais trouver et comprendre. Je doute même de cela. J’ai juste envie de dire que ce gouvernement, Hollande, le Parti Socialiste et la gauche en générale n’auront plus jamais ma voix.

Maintenant, je vais juste essayer de me consoler en espérant que c’est moi qui me trompe depuis le début et que tout ceci n’est jamais arrivé.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> même si je suis hétérorexelle, je suis à 100% avec vous. (mais pas besoin d'être homo pour l'être, il suffit juste d'être démocrate et surtout humain )<br /> <br /> <br /> Malheureusement, on a gravement sous-estimé ce phénomène de manif pour tous (quel nom stupide !) en oubliant qu'il s'agit d'un mouvement d'extrême droite, et que cette dernière est spécialiste<br /> des mensonges et autres manipulations en tout genre.<br /> <br /> <br /> je vous invite à lire cet article très instructif :<br /> <br /> <br /> http://www.debunkersdehoax.org/la-manip-pour-tous-theorie-du-genre-et-co-comment-ee-manipule-l-opinion<br /> <br /> <br /> La situation en France est en train de gravement s'assombrir à cause de la montée des extrèmes de tout part (sans doute en parti à cause de la crise)<br /> <br /> <br /> Je pense sincèrement que notre démocratie est gravement en danger et ce qui m'inquiète le plus, c'est que personne ne semble réagir<br /> <br /> <br /> Mais qu'est ce qu'on attend pour descendre tous dans la rue pour mettre une bonne fois pour toute un stop à toute cette folie !<br /> <br /> <br /> PS : sachez vous que la ligne Azur, une ligne d'écoute à destination des jeunes LGBT en souffrance, a été hacké hier car accusé de propager la "théorie du genre"<br /> <br /> <br /> Ces gens n'ont vraiment honte de rien !<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Un grand merci Steph de témoigner ici car, comme vous le dites, nous sommes face à un problème concernant la société et non juste un groupe minoritaire. Tout démocrate, tout humaniste devrait<br /> effectivement faire entendre sa voix. Nous avons laissé la rue aux haineux, aux extrémistes, sans doute dans l'arrogance où nous étions de croire qu'ils n'étaient rien ou si peu. Mais cette voix,<br /> à force de retentir et de marteler ses mensonges a fini par prendre un poids qu'elle n'aurait jamais du avoir si nous avions allumé, devant, un contre-feu.<br /> <br /> <br /> Merci également pour le lien et cet article très instructif que je recommande à toutes et tous d'aller lire ! J'adore particulièrement son titre "LA MANIP POUR TOUS" et je trouve que cela est un<br /> slogan qu'il faudrait relayer partout !<br /> <br /> <br /> Unissons nos voix, démocrates de tout pays ! Ne laissons pas la haine et le rejet pervertir nos enfants. Ils méritent mieux que cela !<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> Oui. Par lacheté, pour ne pas faire de vague avant les élections (comme si cela allait changer la piètre image du gouvernement), le gouvernement, notre gouvernement vient de nouveau nous<br /> démontrer son aptitude à la gigue irlandaise : un pas en avant, 3 pas en arrière ; un pas sur le côté ; 3 pas de l'autre côté.<br /> <br /> <br /> Notre président est l'homme du compromi mou. Non pas comme une volonté de rassembler un peuple, non pas comme celle de le ralier autour d'une vision, d'un élan. Non. Comme ces petits, ces<br /> médiocres dont l'objectif majeur est avant tout de ne pas faire de vague, de ne pas se faire remarquer, pour ne pas avoir à porter la responsabilité d'une erreur.<br /> <br /> <br /> Diriger un pays, c'est lui indiquer une vision, le porter en avant, avec un programme, un but. C'est prendre des risques. C'est accepter de ne pas toujours populaire. Bien sur cela demande le<br /> courage de devoir affronter l'opposition. Le courage de s'expliquer. Celui de reconnaitre ses erreurs.<br /> <br /> <br /> Aujourd'hui, au delà de notre gouvernement, notre société meurt de l'absence d'engagement. La peur, l'immobilisme paralise la société et les entreprises. Les personnes aux postes de<br /> responsabilité ne sont plus des décideurs mais des hongres qui ne savent et ne veulent surtout plus rien décider.<br /> <br /> <br /> Pauvre France. D'un côté des politiques paralisés par leurs peurs, de l'autre des sots qui s'en servent pour exiter des inquiets.<br /> <br /> <br /> Monsieur Hollande n'oubliez jamais la sagesse populaire : le peuple peut vous pardonner vos erreurs, pas votre immobilisme. Et comme l'a dit un grand humaniste, non sans humour : deux<br /> intelectuels assis vont moins loin qu'un con qui marche.<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je partage ta vision et l'approuve... et tu sais ce qu'il m'en coûte de dire cela ! Oui, ce gouvernement se noie tout seul dans ses propres atermoiements, ses reculades, ses désaveux. Je<br /> n'aimerai pas être à la place de Dominique Bertinotti aujourd'hui ! Ton analyse et tes recommandations sont justes mais j'ai l'impression aujourd'hui que tout cela est vain, que tout est vain et<br /> que cette gauche que j'imaginais en sauveuse aura été la plus grande fossoyeuse de mes idéaux. Pfff... pas trop le moral aujourd'hui...<br /> <br /> <br /> <br />